Un article de Télérama – 19 juin 2008

Sauvons nos librairies indépendantes

Extraits

Par Gilles Heuré –

Outre le fait que cette proposition participe à une tendance au démantèlement et à la dérégulation généralisés (rappelons que les librairies en ligne Amazon et Alapage viennent de se voir autorisées à pra­tiquer la gratuité des frais de port, sans que cela soit considéré comme une concurrence déloyale vis-à-vis des librairies classiques), elle témoigne surtout d’une totale incompréhension de ce qu’est le livre, son circuit et sa consommation.

L’argument écologique ne tient pas, puisque, comme l’a rappelé Antoine Gallimard (La Tribune.fr), les livres invendus sont soit fournis aux associations ou aux bibliothèques, soit, pour ceux qui sont pilonnés, reconvertis en pâte à papier et recyclés …

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :